#CarteBlanche – Anne Schmitt

"Octobre rose", le mois dédié à la lutte contre le cancer du sein

Anne SCHMITT, figure emblématique locale de la lutte contre le cancer, nous fait l’honneur de répondre à nos questions dans le cadre de la campagne de sensibilisation contre le cancer du sein qui débute au mois d’octobre 2022.

Octobre Rose, qu’est-ce que c’est ?

C’est le mois de campagne de prévention contre le cancer du sein.

Tout savoir sur l’édition 2022 : ici

En 2021, vous aviez été choisie pour être la marraine de la Haguenauvienne (course à pied rose de la ville de Haguenau, une course dédiée aux femmes pour lutter contre le cancer du sein ainsi qu’une marche homme/femme)

Oui, c’était un beau cadeau de représenter Haguenau devant toutes ces femmes qui se battent chaque jour, et il y en a beaucoup.

C’était une belle récompense. J’étais fière. L’ambiance était impressionnante, c’était une chance pour moi de vivre l’événement de l’intérieur et de me rendre compte du travail qu’il y a derrière.

Sur l’organisation de la Haguenauvienne 2022, j’ai été sollicitée par des jeunes qui s’inquiètent de ne pas avoir plus d’informations pour se surveiller et avoir plus de chance d’une prise en charge tôt et rapide pour minimiser les conséquences.

L’idée serait pourquoi pas de réfléchir, de pouvoir développer des évènements, des manifestations de sensibilisation qui attirent plus les jeunes.

Je fais le constat que les personnes touchées par le cancer du sein sont de plus en plus jeunes. Et pourtant, les campagnes de dépistage par mammographie en France ne concernent que les femmes de plus de 50 ans.

Ces actions dans le cadre d’Octobre Rose sont essentielles pour faire comprendre aux gens, notamment pour sensibiliser les jeunes filles à l’importance de la prévention : https://cancerdusein.predilife.com/

Pourquoi vous investir pour cette cause et bien plus encore ?

En 2016, j’ai été touchée par la maladie (cancer du sein stade 2), j’ai senti une grosseur au retour de mes vacances. Mon médecin traitant m’a prescrit des examens (mammographie, échographie) qui se sont avérés suspects.

Le 27 août, au résultat de la biopsie, c’est la descente aux enfers, où j’ai eu peur de mourir.

J’ai été prise en charge hyper rapidement par le corps médical. J’ai eu 16 séances de chimio (4 plus intenses à raison d’une séance toutes les 3 semaines) dont un des effets secondaires est la perte des cheveux qui fait prendre conscience de la maladie. C’est la chose la plus délicate et difficile à vivre car la maladie est affichée.

Lors des examens post chimio, on se rend compte que le traitement n’a pas fonctionné comme espéré. Je discute avec mon mari de la suite du parcours de soins : le regard de femme et d’épouse est important, la décision est prise en commun pour retirer le sein, pour éviter une récidive.

J’ai ensuite eu 35 séances de radiothérapie.

Puis les opérations de reconstruction ont démarré, en tout 3 ans de traitements médicaux et d’opérations.

Vous avez eu envie de tirer du positif de cette épreuve, est donc née votre boutique « Les Femmes en Rose », qu’avez-vous tiré de cette expérience ?

Entre les traitements, on a besoin de voir autre chose et de parler à des gens qui sont passés par là. Je me suis rendu compte qu’en dehors de l’hôpital, il n’y a rien. Et moi, j’ai eu envie de sortir de ces murs blancs. Un jour, une association a créé un événement, j’ai rencontré d’autres personnes qui m’ont exprimé leur désir de voir autre chose et j’ai eu envie de construire un lieu où les femmes pourraient se sentir bien.

C’est un endroit où les femmes pouvaient se ressourcer, on leur proposait ce qu’il leur faut pendant leur traitement, tout ce qui est capillaire, les bonnets, les turbans. Une partie cosmétique car il est très important de trouver des produits sains. Il y avait des sous-vêtements. Et puis, on y trouvait de petites pierres aux vertus positives. C’est aussi un lieu d’écoute. Je prête mon oreille. Car elles ont besoin de se confier et d’échanger.

J’organisais des activités qui permettent de penser à autre chose qu’à la maladie. C’étaient des ateliers « mixtes », avec des femmes qui ne sont pas forcément en traitement, des femmes qui apprécient le lieu et qui m’ont demandé d’y participer. Du coup, il y a eu de beaux échanges. Quand on est en traitement, on a trop souvent le sentiment d’être mise à l’écart. Quand ces deux mondes se rencontrent, il se passe quelque chose de formidable. Tout cela me donne beaucoup de force.

J’espère avoir pu les conseiller, les rassurer, les accompagner dans leur prise de décision.

Vous parlez de votre boutique au passé ?

C’est une société qui n’a pas pu se développer comme il se doit à cause du contexte sanitaire et en mars 2021, j’ai malheureusement vécu une récidive de mon cancer, je n’ai pas pu m’investir comme je l’aurais souhaité.

La chose positive c’est que c’est le même cancer, le cancer du sein, la même cellule a muté sur un ovaire. Les médecins la connaissent, ils savent comment la prendre, mais revivre cela une deuxième fois, c’est difficile. J’ai subi deux nouvelles opérations. J’ai fait de la chimio, c’est épuisant, c’est long et maintenant j’ai un nouveau traitement, l’immunothérapie qui permet de stopper les mauvaises cellules et de protéger les bonnes, pour éviter une troisième récidive. C’est un traitement plus long, programmé jusqu’en septembre 2022. Je tiens bon.

Cela a entraîné des absences. La boutique était fermée mais je devais toujours payer les charges fixes. On ne pouvait plus suivre financièrement.

La décision de fermer ma boutique « Les Femmes en Rose » a été prise à contrecœur. Cela a été un moment douloureux. J’ai pleuré pendant deux jours mais on n’avait pas le choix.

Malgré les aléas de la vie (cancer, récidive, crise sanitaire), un nouveau projet vous anime, quel est-il ?

En effet, après la fermeture de ma boutique, je n’ai pu me résoudre à stopper mon combat et délaisser les personnes qui en avaient besoin.

Une nouvelle aventure a pris le relais :

J’ai créé avec des personnes pour qui le combat contre la maladie et l’accompagnement des proches est tout aussi important une association « La Fabrique en Rose » https://www.facebook.com/lafabriqueenrose67?_rdr

Notre association souhaite accompagner et être présente pour les femmes et les hommes touchés par tout type de cancer mais également pour leur entourage (y compris les enfants).

Notre offre de services se veut complémentaire à ce qui peut déjà exister et surtout est ouverte à tous. La campagne d’adhésion vient de démarrer et les premiers ateliers auront lieu à compter du mois d’octobre 2022.

Pour conclure :

Le cancer affecte beaucoup, moralement et physiquement. Notre corps change, notre vision de la vie change, c’est un long travail pour l’accepter. Mais il faut rester debout et profiter de la vie avec un grand V.

La Mission Locale propose à chacun d’entre vous un conseiller référent qui vous conseille et vous accompagne dans vos démarches de recherche d’emploi