Et si 2023 était une année pour soi ?

Une nouvelle année, c’est l’occasion de penser à son avenir et à toutes les façons d’atteindre ses objectifs. Vous aussi vous vous êtes promis de vous inscrire à cette salle de sport, d’arrêter les fast food et de trouver un travail ou une formation ? Se jeter dans le grand bain n’est jamais une chose facile. Alors la première étape, c’est de se préparer. Pour ça on se pose, on se recentre et on réfléchit à ce qui nous plaît vraiment. On vous donne des pistes pour y arriver, des idées à explorer.

C’est le moment de :

– Trouver des centres d’intérêts qui nous donnent vraiment envie, de se redécouvrir différemment : prendre des cours de poterie, sortir se balader ou même randonner, voyager, lire ou voir des films.

– S’entourer de personnes avec lesquelles on aime passer du temps : nos ami.es, notre famille, des connaissances et partager des moments conviviaux ensemble.

– Trouver de l’aide auprès de personnes qui peuvent nous conseiller, des professionnels du domaine dans lequel on veut s’améliorer : la mission locale pour l’emploi et la formation, un coach sportif pour se remettre en forme, un médecin pour régler des problèmes de santé… prendre soin de soi est un projet aussi !

– Anticiper les prochaines étapes à ne pas rater au cours de l’année : dates d’inscription dans une école, évènements auxquels on veut assister… pour faciliter la chose, un article to do list est publié ici tous les trimestres.

Une nouvelle année c’est aussi l’occasion de se mettre à réfléchir autrement sur nos façons de consommer. On peut par exemple :

  • Penser aux économies d’énergies, récupérer l’eau de pluie, limiter sa consommation électrique, baisser le chauffage ;
  • Privilégier les transports en commun ou le vélo ;
  • Acheter des vêtements d’occasion plutôt que du neuf ;
  • Utiliser des produits réutilisables plutôt que du jetable lorsque c’est possible.

Cette liste peut se compléter de mille et une façons… Il existe beaucoup d’autres sujets sur lesquelles se concentrer en 2023 mais au fond, peu importe les résolutions prises, l’essentiel c’est d’en choisir qui comptent vraiment et qui paraissent atteignables ! Une étape à la fois, c’est le meilleur moyen de s’améliorer sûrement et sur du long terme.

Alors à tous ceux qui veulent rêver plus grand, on vous souhaite du courage pour vos projets, de la santé, et une belle année à venir !

Inauguration de la Mission Locale de Brumath

La Mission Locale d’Alsace du Nord s’efforce de proposer ses services d’accompagnement sur tout le territoire de la circonscription d’Haguenau-Wissembourg. C’est pour mieux permettre à chaque jeune d’y accéder que 5 antennes sont installées sur le territoire, desquelles dépendent plus d’une dizaine de permanences qui permettent de faciliter le lien avec le public en réduisant les freins à la mobilité qui peuvent subsister dans ce milieu rural. 

Le 3 octobre s’est déroulée l’inauguration officielle des nouveaux locaux de la Mission Locale de Brumath en présence des élus du territoire. Ces locaux, mis à disposition par la ville de Brumath, sont situés au 23A Avenue de l’Europe. Depuis le second trimestre 2022, ils permettent d’offrir un meilleur cadre à l’équipe de salariés pour développer des nouvelles actions et améliorer la prise en charge des jeunes de Brumath et ses environs. Chaque année, plus de 200 jeunes y seront accueillis et accompagnés.

Accueillis par Coralie TIJOU, Présidente de la Mission Locale Alsace du Nord, Monsieur WOLF, le maire de Brumath ainsi que Monsieur STURNI, président de la Communauté d’Agglomération de Haguenau, ont pris la parole pour remercier les équipes de leur travail auprès des jeunes du territoire et appuyer leur soutien à la mission d’accompagnement portée par la structure depuis 30 ans.

Madame BRICKA, directrice, a profité de l’évènement pour présenter les salariés qui de l’antenne : Caroline MAIER, chargée d’accueil ; Isabelle LUGOY conseillère du dispositif Contrat d’Engagement Jeune et Noémie VERCELONNE, conseillère de proximité.

Quatre jeunes suivis ont été également invités à présenter leur parcours d’accompagnement aux élus et partenaires réunis pour l’évènement. C’est l’occasion de rappeler que la Mission Locale œuvre sur le territoire grâce à son équipe mais aussi à son maillage partenarial fort et ancré depuis de nombreuses années, qui est encore intensifié par la présence de l’E2C dans les locaux depuis juin 2022. 

 

 

 

La Mission Locale fête ses 30 ans pour son Assemblée Générale !

Le jeudi 9 juin a eu lieu l’Assemblée Générale de la Mission Locale d’Alsace du Nord à la salle La Scène au Val de Moder. Environ 70 personnes se sont réunies pour échanger sur l’activité de la structure et faire un point sur l’année passée : des salariés, des élus du territoire, des adhérents à l’association, mais aussi des jeunes qui sont venus présenter leurs réussites au travers de cet évènement.

Rétrospective est faite sur les évènements marquants de 2021 : le lancement du compte Tiktok, l’organisation des vidéos Apprenti’live, du Mois de l’Orientation et de la semaine nationale des Missions Locales mais aussi des actions citoyennes comme un nettoyage de printemps ou sur des avancées partenariales au travers de la signature d’une nouvelle convention de coopération avec Pôle Emploi.


Cette année, l’Assemblée Générale avait une saveur particulière puisque la structure a fêté ses 30 ans d’existence sur le territoire. Nées en 1982 pour répondre à une situation de détresse des jeunes, les Missions locales n’avaient pas vocation à perdurer… Pourtant, la Mission Locale D’Alsace du Nord a été créée 10 ans plus tard et permet encore aujourd’hui à des centaines de jeunes de trouver leur voie.  Pour illustrer ce fait, les personnes présentes ont pu assister au témoignage de Joffrey MARTINI, jeune accompagné en parrainage et pour qui ce dispositif a particulièrement porté ses fruits et à celui de Chloé SPIELMANN, une jeune ayant participé via la Mission Locale au concours « Je Filme un Métier qui me plaît ». 

IMG-20220624-WA0008__01

La rencontre a également été ponctuée de la présentation du tout nouveau projet Trek, qui a envoyé dans le Jura le 25 juin une dizaine de jeunes pour six jours de marche. Un moyen de se dépasser et de réussir à avancer dans des parcours de vie parfois compliqués.

Le temps convivial qui a suivi la présentation a été animé musicalement par deux jeunes anciennement suivis à la Mission Locale, Anthony et Mickael ERHART, et aura permis à Brenda METZINGER de mettre en avant sa nouvelle entreprise de cake design en concoctant la partie sucrée du buffet.

De beaux exemples de réussites d’une équipe toute entière dévouée au futur de tous les jeunes d’Alsace du Nord.

Portrait 16 #Onveutduvrai

Parce qu’une vie professionnelle n’est jamais un long fleuve tranquille, parce que nous évoluons et nous saisissons les opportunités.

Et parce que, surtout, il ne faut jamais perdre de vue son objectif, nous vous proposons de découvrir à travers plusieurs articles #Onveutduvrai, le parcours de quelques salariés de la Mission Locale.

Tout au long de votre lecture, vous retrouverez l’authenticité des témoignages de notre équipe. Vous prouver qu’il est possible de réaliser ses rêves avec de la volonté et de la persévérance quoi qu’il arrive fait partie de nos missions d’accompagnement.

Aujourd’hui c’est Zahira, assistante administrative à la Mission Locale Alsace du Nord, fraîchement arrivée, qui nous partage son parcours.

Je suis née et j’ai grandi à Paris, j’ai donc fait toute ma scolarité dans cette ville qui ne dort jamais.

J’ai un niveau terminal STMG (SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION) anciennement STG (sciences et technologies de gestion), que je ne valide pas par manque de motivation.

J’ai les idées ailleurs, et quelques problèmes familiaux viennent mettre la cerise sur le gâteau.

Pour être honnête, la période du lycée je ne l’ai pas prise au sérieux, je pensais qu’à faire la fête avec mes amis et sécher les cours, le goût de la « liberté » que m’ont apportée ces années-là je n’étais pas prête à la laisser partir. Je fournissais le minimum d’efforts en cours, même si j’en avais les capacités mais je n’y voyais pas l’intérêt… Peut-être parce que je savais au fond de moi que je ne pourrais jamais faire ce qui me passionne vraiment c’est-à-dire la danse. J’ai pratiqué la Hip-Hop pendant 3 ans, j’y découvre ce pour quoi je suis faite ! Mon aisance surprend mes profs qui voient en moi des facilités à reproduire les chorégraphies. Voilà une chose pour laquelle je suis heureuse… Maisss… Une fois de plus, la scolarité revient au galop ! J’ai du mal à allier les cours et ceux de danse… Alors par dépit, j’arrête…

« Je grandi et commence à apprendre de mes erreurs… »

Il est certain qu’aujourd’hui j’aurai fait autrement ça j’en suis certaine ! Le manque de maturité et de responsabilité m’a fait perdre gros, je ne réalisais pas l’ampleur et les conséquences qu’allaient engendrer mes actes, et pour sincèrement je m’en fichais, ce qui m’apportait des ennuis auprès de mes parents. Cela m’était égal.

Après ces années de lycée « scolairement parlant » si je puis dire, n’a pas été une réussite je vous l’accorde mais humainement enrichissante et malgré tout cela je grandis et commence à apprendre de mes erreurs…

Les manquements et les choses négatives qui empiètent sur ce qui m’empêche d’avancer doivent être réglé un par un ! Allez ! on se reprend en main !

« J’peux vous dire que les rushs chez Starbucks, c’est du lourd ! »

 

J’ai 18 ans, il est temps pour moi de me débrouiller, et de trouver une certaine indépendance financière. J’intègre, grâce à une amie « Starbucks Coffee », grande enseigne internationale de café. On est d’accord que la restauration est un domaine dans lequel il est facile de trouver un emploi sans diplôme. Et sincèrement j’y ai passé 2 ans et demi et ce fut une expérience très enrichissante niveau pro : la gestion du stress, le travail d’équipe etc. parce que je peux vous dire que les rushs chez Starbucks, c’est du lourd ! En parlant d’équipe, l’ambiance était géniale ! Avec une expérience comme celle-ci dans mon cv, il est clair que ça allait m’aider pour la suite… 

Je finis par me dire maintenant, qu’un temps partiel ne me suffit plus, et comme chez Starbucks il n’était pas possible d’évoluer sur un 35h, je cherche autre part…

Sans aller dans les détails, j’ai travaillé par la suite dans différentes enseignes de restauration très connues.

Avant de venir en dans le Grand Est, je travaillais chez « Bagelstein », restaurant qui a vu le jour en Alsace justement et qui s’est répandu ensuite à travers la France au vu de son succès.

Vous avez dit coïncidence ?  Car par amour, quelques mois plus tard, je débarque à Haguenau, Eh oui l’amour vous fait faire des folies !

J’ai donc demandé une mutation à Strasbourg et qui fut accepter.

Je passe quelques années dans leur entreprise puis j’en viens à d’autres ambitions…

Je souhaite maintenant apprendre un métier, qui me permettra de faire autre chose.

 

Le métier d’auxiliaire de vie me plaît bien, aider les autres a toujours fait parti de mes qualités, et surtout de mon éducation.

J’entame donc ladite formation (AVS), le manque du permis de conduire me pénalise rapidement, des stages doivent être effectués tout au long de l’année, beaucoup d’entreprises d’aides à domicile me donnent une réponse négative car certaines localisations demandent un déplacement en voiture… Les seuls stages que j’ai pu valider sont ceux faits en maison de retraite, notamment à Bischwiller, Schweighouse et Strasbourg.

Je dis pénalisant car un certain nombre d’heures en entreprise sont obligatoires pour valider l’année et obtenir la certification. Je ne lâche rien et continue ! On me fait malgré tout comprendre que sans ces heures de stages validés, l’obtention n’est pas envisageable. Ça me met un coup au moral, je réalise qu’une année a été perdue, encore ! J’y mets pourtant de la bonne volonté, de la motivation, du cœur ! Mais bon, ainsi va la vie, je relativise et en tire le positif…

Je me retrouve à faire le point sur moi-même, j’arrive à un certain âge, je n’ai plus envie de travailler par dépit ou pour des raisons qui sont autres que le plaisir de faire ce que je fais, pour l’argent et payer les factures…

Lors d’un séjour chez ma famille à Paris, je passe une soirée avec mon ami d’enfance, avec qui je parle de ma vie pro, lui et dans le domaine de la création de sites et tout ce qui englobe ce domaine, il me propose d’apprendre avec lui ce métier, en autodidacte. Il est vrai que c’est un métier d’avenir, moi qui me passionne de la technologie, des jeux vidéo et j’en passe ! Vous l’aurez compris, je suis partante, et par la suite me guide et me fait apprendre et participer à la quasi-totalité de ses projets, de la création, à la gestion de clients, le référencement sur google et j’en passe ! Je suis dans mon élément, je me surprends à apprendre par moi-même et sans difficulté ! Quand on a la volonté, on peut tout faire !

Je fais ça pendant 3 ans, le monde du web est en constante évolution, il est important d’être à la page afin de satisfaire les plus exigeants.

« Puis dans ma tête je me dis que j’ai assez de connaissances pour en faire quelque chose alors rien n’est perdu au contraire tout est à y gagner ! »

 

Malheureusement un drame vient bouleverser tout ça… Mon ami a un grave accident lors de ses vacances et risque la paralysie à vie… Cette nouvelle me retourne complètement, je crains le pire… Plus de craintes que de mal, Dieu merci il s’en sort après une lourde opération, il évite avec miracle – selon son chirurgien – la sentence de finir en fauteuil.

Passer cette épreuve, cela met un coup d’arrêt net à notre collaboration, car vous comprenez bien qu’il est important maintenant qu’il se concentre sur sa santé et de se remettre sur pied… Je le conçois, je l’accepte… Aujourd’hui j’ai assez pris en maturité pour ne plus me morfondre et apprendre à avancer malgré les difficultés. Puis dans ma tête je me dis que j’ai assez de connaissances pour en faire quelque chose alors rien n’est perdu au contraire tout est à y gagner !

Je vous parle d’une période de ma vie qui date de moins de 1 an. En attendant je me devais de trouver un emploi afin de subvenir à mes besoins, mais toujours dans la même optique, ne pas travailler pour les mauvaises raisons ! J’en parle donc avec ma conseillère qui l’a bien pris en compte. Au bout de quelques rendez-vous, elle me propose – en lien avec une de leurs collaboratrices – de postuler à un emploi au sein de la Mission Locale en tant qu’assistante administrative, elle pense que c’est totalement dans mes cordes, que c’est une opportunité et je l’avoue je l’ai vite vu en tant que telle. Je me sentais assez sceptique car c’est un métier que je n’avais jamais exercé en entreprise, mais totalement en accord avec les connaissances amassées depuis ces 3 dernières années en autodidacte… Alors bon, pourquoi pas ! Elle transmet mes coordonnées à l’entreprise qui me contacte une semaine après… Ils souhaitent me rencontrer, je dis OUI ! Forcément haha

« Ne jamais laisser quiconque te dire que tu n’en serais pas capable ! »

L’entretien se passe bien, et ils me recontactent le même jour afin de commencer un stage chez eux et à l’issue de cette période, alors je prendrai mes fonctions. Et me voilà maintenant au sein de l’équipe, et comme je m’étais promis, je me lève avec le plaisir d’aller bosser !

 

J’ai eu des échecs, c’est indéniable, j’ai un parcours atypique, on est d’accord, mais sans ces échecs, ces inquiétudes, ces chemins croisés et entrecroisés je n’en serais pas là aujourd’hui ! à force de persévérer, si je n’avais pas cru en moi, qui l’aurait fait pour moi ? Je pars du principe où rien ne t’arrive pas hasard, que ce soient les gens qui passent dans ta vie ou les épreuves que tu subis. Ne jamais laisser quiconque te dire que tu n’en serais pas capable ! La vie m’a beaucoup appris, et continue de m’en apprendre tous les jours !

La Mission Locale propose à chacun d’entre vous un conseiller référent qui vous conseille et vous accompagne dans vos démarches de recherche d’emploi