Portrait #9 #Onveutduvrai

« Quand je serai grande, je serai Secrétaire ! »

Parce qu’une vie professionnelle n’est jamais un long fleuve tranquille, parce que nous évoluons et nous saisissons les opportunités. Et parce que, surtout, il ne faut jamais perdre de vue son objectif, nous vous proposons de découvrir à travers plusieurs articles #Onveutduvrai, le parcours de quelques salariés de la Mission Locale. 

Tout au long de votre lecture, vous retrouverez l’authenticité des témoignages de notre équipe. Vous prouver qu’il est possible de réaliser ses rêves avec de la volonté et de la persévérance quoi qu’il arrive fait partie de nos missions d’accompagnement.

 Aujourd’hui c’est Caroline, Chargée d’accueil à la Mission Locale Alsace du Nord depuis un peu plus de 2 ans qui partage son parcours. 

Très jeune, nous devons décider quel métier nous aimerions exercer. Pour ma part, j’ai su dès mon enfance que je voulais être Secrétaire. Depuis mon enfance, mon objectif n’a pas changé. Souhaitant entrer rapidement dans la vie active , c’est tout naturellement que je me suis tournée vers l’apprentissage.

Mais voilà, comment fait-on pour faire un apprentissage ?

Doit-on d’abord trouver l’employeur ou d’abord l’école ?

Et comment faire les démarches ?

La seule chose pour laquelle je n’avais pas de doute, c’est le métier.  Après un entretien avec une conseillère du CIO qui m’explique comment fonctionne l’apprentissage, je me lance. A l’époque, il n’y a pas internet pour consulter les offres d’emploi, il faut éplucher les journaux. Un ordinateur et une imprimante à la maison…

Non, chaque CV et chaque lettre sont écrits à la main et j’envoie des centaines de candidatures. J’ai eu quelques entretiens, des échecs mais je garde le cap. Un jour, je relève une offre pour préparer le BAC PRO SECRETAIRE à laquelle je réponds. Très vite le téléphone sonne, on me propose un entretien. J’arrive sur place, l’heure du rdv approche mais je m’inquiète. Je pense ne pas être au bon endroit… C’est une école !

Je participe à une information collective, je passe des tests, puis un entretien… Je suis reçue ! Ma référente m’explique que je démarre le programme au plus vite et qu’ils vont me mettre en relation avec leur réseau d’entreprises qui recherche des personnes pour préparer le diplôme que je souhaite faire.

Je candidate auprès d’une agence d’intérim. J’ai un entretien surréaliste de 15 minutes qui termine par la bonne nouvelle, j’ai le poste et je démarre la semaine suivante. Top! Maintenant je dois m’organiser. L’école est à Strasbourg et mon emploi à Bischwiller. C’est un peu compliqué car je me déplace en train et qu’à l’époque il n’y avait pas autant de trains qu’aujourd’hui.

Je passe mon diplôme avec succès et je décroche un CDI. Le soulagement ! J’exerce le métier qui me plaît et j’ai un CDI à 19 ans. Je suis Assistante d’agence, je m’occupe de l’accueil, du téléphone, je tape les contrats et les factures à la machine à écrire (oui, oui, la machine à écrire) puis j’évolue en parallèle sur la fonction de chargée de recrutement.

Malheureusement, c’est une petite agence et au bout de 6 ans nous fermons, il faut trouver un nouvel emploi. Le marché de l’emploi commence à être saturé il y a moins d’offres et plus de candidats. Alors je me demande dans quel domaine je souhaite m’orienter.

Pourquoi pas le médical ? Je n’ai pas de compétences, pas de diplôme mais je tente ma chance en répondant a une offre de secrétaire médicale. La chance est au rendez-vous, j’ai le poste ! C’est une expérience qui va me mettre à rude épreuve, les journées sont longues, comptabilité, stérilisation du matériel médical, gestion de stocks… Ce n’est pas pour moi, j’ai besoin d’interagir avec des personnes.

Je reprends mes recherches…

J’ai la chance d’intégrer l’équipe en charge du dispositif « Programme de Réussite Éducative » de la Ville de Strasbourg.
Ce programme propose l’intervention de vacataire auprès de jeunes enfants rencontrant des difficultés dans différents domaines (scolaire, social, sanitaire, culturel, sportif) en accord avec les familles.

Je m’épanouis au sein de cette équipe, je développe des compétences dans le domaine des Ressources Humaines, du suivi budgétaire et le contact avec le milieu politique. J’enchaîne les CDD, mais pour pouvoir garder un pied dans la fonction publique, il me faut réussir un concours. Ce n’est pas simple, le concours c’est une salle avec 2500 personnes pour 150 postes disponibles. Malheureusement c’est un échec.

Au bout de 8 ans, il me faut changer d’horizon. Je réalise que pour avoir plus de chances, il me faut obtenir un diplôme supérieur car les années d’expériences ne sont pas suffisantes. Je souhaite valider mes compétences en Ressources Humaines.

Ma conseillère pôle emploi me propose de participer à l’information collective d’Elan formation me permettant de passer un titre pro de niveau III (équivalent BTS). Je passe les tests, un entretien, je suis retenue !

Retour à la case étude. C’est un défi car je suis jeune maman, j’habite en centre Alsace et le centre de formation se trouve à la Meinau.
Mais je gère et j’obtiens mon diplôme. Mon nouveau diplôme en poche et confiante, place à la recherche d’emploi.
Je voudrais intégrer une structure proposant le même type d’accompagnement que le Programme de Réussite éducative.

Après quelques candidatures qui se soldent par des refus, je décroche un entretien pour un poste de Chargée d’accueil à la Mission Locale Alsace du Nord. Lorsque je travaillais dans l’intérim, j’ai eu l’occasion de collaborer avec la Mission locale. 
A l’issue du rendez-vous, je suis contente et je croise les doigts.

Le téléphone sonne, c’est Monsieur WOEHREL, le directeur, me contacte rapidement, la bonne nouvelle tombe, je suis la nouvelle chargée d’accueil des antennes de Reichshoffen et Brumath! 

Le dispositif « Emploi Accompagné » proposé par le SIMOT Route Nouvelle Alsace

Le dispositif « Emploi Accompagné » : Quésaco ?

Il permet à des jeunes souffrant de troubles psychiques de bénéficier d’un accompagnement spécifique, adapté à leur situation et aux difficultés qu’ils rencontrent, dans le cadre d’un parcours vers et dans l’emploi. Il permet également de proposer un appui aux employeurs embauchant des jeunes en situation de handicap psychique.

Cet accompagnement consiste à soutenir les jeunes dans toutes les étapes de leur parcours d’insertion socioprofessionnel, de la construction du projet jusqu’à l’embauche, mais également lorsqu’ils sont salariés : le Conseiller en Emploi Accompagné référent du jeune travaille de concert avec le Conseiller Mission Locale et apporte son expertise par rapport aux situations de handicap psychique : adaptation de poste, compensation du handicap, sensibilisation auprès de l’employeur etc. Il aborde également les questions liées à la situation sociale et la situation de santé. Cet accompagnement médico-social s’appuie sur l’intervention d’un psychologue et d’un médecin psychiatre, mais aussi d’autres intervenants extérieurs (services hospitaliers, services sociaux, services éducatifs, établissements médico-sociaux, etc.) dont les actions sont coordonnées par le référent emploi accompagné.

Qui est le porteur de ce projet ?

Ce dispositif est mis en œuvre par le Service d’Insertion en Milieu Ordinaire de Travail (SIMOT) de l’association Route Nouvelle Alsace en partenariat avec les Missions Locales du Bas-Rhin. Il est proposé dans les 5 antennes du SIMOT réparties sur l’ensemble du département.

Avez-vous d’autres projets en cours ? 

Parmi les autres projets de l’association, la participation à la création d’une bande dessinée pour mieux comprendre le handicap, disponible aux Editions du Signe (https://www.editionsdusigne.fr/produit/vies-incroyables-le-handicap-en-action-novembre-2020/) :

Pour plus d’informations sur l’Emploi Accompagné :

https://travail-emploi.gouv.fr/emploi/emploi-et-handicap/emploi-accompagne ; https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F34063

Pour tout renseignement, contactez votre conseiller de la Mission Locale ou le SIMOT par téléphone 03 88 31 90 46 ou par email simot@rna-asso.fr

SUCCESSSTORY#8 – Marie

SUCCESS STORY MARIE: "Le coup de fil qui a changé ma vie"

 

Quel a été votre parcours depuis l’obtention de votre bac ?

Au moment où j’ai fait appel à la Mission Locale, je me sentais perdue dans ma vie. Je n’avais plus confiance en moi et en mes capacités et je me posais de sérieuses questions quant à mon avenir.

Pourtant tout avait plutôt bien commencé. J’avais obtenu mon bac avec mention très bien et avais entamé un BTS.
Malheureusement de nombreux événements dans ma vie privée m’ont poussée à abandonner mes études.

Entre temps j’avais enchainé les petits boulots sans vraiment savoir où j’allais. Mes parents étaient inquiets et ca n’arrangeait en rien mon état d’esprit.

Comment la Mission Locale vous a-t-elle accompagnée ?

Tout a commencé un jour en 2018 lorsque je décide de passer le coup de fil qui a « changé ma vie » (et je n’exagère en rien).
J’avais déjà entendu parler de la Mission Locale mais je ne connaissais pas en détails leurs activités.

La Mission Locale ce n’est pas seulement une aide à la recherche d’emploi mais un véritable soutien « psychologique ». Je pense qu’on a tous ce besoin de se sentir épaulé(e) et guidé(e). En véritable coach, ma conseillère s’est montrée à l’écoute et rassurante à mon égard.

De rendez-vous en rendez-vous, je voyais mon projet professionnel prendre forme. J’ai choisi de me former dans le domaine de l’assistanat et de préparer un diplôme d’assistante de direction. Après quelques « péripéties » (interview des différents métiers, recherches de stage, entretiens), mon dossier a été accepté.

Quelles démarches avez-vous engagées ? Avez-vous rencontré des difficultés ?

Au bout de mes 7 mois de formation, j’ai passé mon examen et l’ai décroché.
J’ai eu également l’occasion de rencontrer des personnes qui sont devenues mes amies et avec lesquelles je suis toujours en contact à l’heure actuelle.

Aujourd’hui je suis embauchée, j’ai ma voiture, mon appartement, ma petite « indépendance ».
Je n’ai pas encore trouvé le travail de mes rêves mais j’y crois.
Ce n’est pas rose tous les jours, mais lorsque je regarde en arrière et le parcours accompli, je me dis que je reviens de loin et que je peux être fière de moi.

Quel message pouvez-vous transmettre aux jeunes ?

Si j’avais un message à faire passer ce serait de ne pas vous décourager, croire en vous et vous donner les moyens de réussir. Lorsque vous pensez à lâcher, remémorez vous la raison qui vous a poussé à commencer.

“Entourez vous de personnes positives, concentrez vous sur vos objectifs et AVANCEZ !”

L’Ecole de la 2ème chance, vous connaissez ?

L’E2C67 se délocalise & propose un parcours d’approche E2C en Alsace du nord !

Qu’est-ce que l’E2C ?

L’E2C est une formation pour aider les jeunes entre 16 et 25 ans, sortis du système scolaire, à trouver leur voie professionnelle. La formation se déroule habituellement à Strasbourg, sur une durée de 6 à 8 mois, avec une alternance centre et entreprise.

En septembre 2020, un premier groupe (le nôtre) a débuté en Alsace du nord : l’E2C s’est délocalisée ! Cela a été possible grâce à un travail commun avec les Missions Locale d’Alsace du nord et du Pays de Saverne Plaine et Plateau. Et grâce au principal financeur : la Région Grand Est.

La formation délocalisée se déroule à Brumath, sur une durée de 3 mois.

Nous effectuons 2 stages en entreprise, d’une durée totale de 5 semaines. En centre, nous apprenons à réintégrer une vie de groupe, à chercher et appeler des patrons et entreprises pour nos stages, à mener ensemble des projets et à réviser les savoirs de bases. Pour le transport et les repas, nous avons une aide financière.

Comment avez-vous connu l’E2C ?

“Grâce à un ami” pour Kenzo et Ellen. Mais pour la plupart d’entre nous, c’est surtout grâce à nos conseillers de la Mission Locale !

À ce jour, après un mois de formation, qu’est-ce que m’a apporté l’E2C ?

Quelques témoignages :

Kenzo : “La petite entreprise familiale de maçonnerie dans laquelle j’ai fait mon stage vient de me proposer un contrat d’apprentissage”.

Amélie : « Après 1 mois de formation, j’ai commencé à avoir un rythme normal, j’ai réussi à faire mes deux semaines de stage sans absence et sans retard. Avant, c’était impossible pour moi, mais grâce à mon objectif j’arrive à être motivée pour réussir et me projeter ».

Anaïs : « Grâce à l’E2C, je reprends confiance en moi. J’ai pu découvrir le métier de chauffeur poids lourds. J’ai pu faire mon stage dans ce métier, ça m’a beaucoup plu ».

Louna : « J’ai pu me retrouver dans mes idées pour le métier que j’aimerai faire. J’ai appris à être plus organisée, ça m’a apporté beaucoup même personnellement ».

Ellen : « Grâce à l’E2C, j’ai pu effectuer un stage dans l’assistance administratif, qui m’a beaucoup guidé dans mon envie de métier. Grâce à ce stage qui a eu lieu dans une entreprise spécialisée dans la résine au sol, j’ai également pu découvrir le secteur de la décoration. Ce stage était très positif pour moi »

Loïc : « Après un mois de formation, j’ai pu reprendre un rythme et trouver une formation en vente à Elan formation à Saverne »

Célia : « Je me suis repositionnée sur mes recherches par rapport au service civique. Je sais plus utiliser un ordinateur qu’avant, et passer des appels téléphoniques ».

Léo : « J’ai pu faire un stage à Meteor, à la maintenance, ça m’a plu. C’est un métier qui me plait, je pourrai peut-être en faire mon métier »

Erwin : « J’ai fait un stage au match, en tant qu’employé de rayon, c’était bien. Ça m’a permis de découvrir le métier »

Visite de l’entreprise FM Logistic. La fondation FM Logistic est la marraine de notre formation. Fanny, Célia, Emma, Kenzo, Léo, Amélie, Louisa, Anaïs, Erwin, Ellen, Loïc, Louna

Vous souhaitez plus de renseignements ?
Contactez votre Conseiller de la Mission Locale ! ?

La Mission Locale propose à chacun d’entre vous un conseiller référent qui vous conseille et vous accompagne dans vos démarches de recherche d’emploi